Les réseaux d’échanges et de savoirs

Lancé à la rentrée 2015 à Grain de Sel, le panneau de « petites annonces en savoir-faire » a depuis fait des petits ! A la médiathèque, on entreprend la mise en place d’un véritable réseau entre des personnes possédant un savoir-faire et d’autres souhaitant être initiées. Et ça fonctionne…

Des loisirs créatifs à l’informatique, en passant par la pêche à pied, la généalogie ou encore les arts de la table, une trentaine de savoir-faire « disponibles » sur la commune ont déjà pu être recensés, ce qui représente environ 70 personnes. Grâce au panneau des petites annonces, au fil des discussions aussi, Delphine Cadé, responsable de la médiathèque, a ainsi pu mettre en relation une trentaine de personnes en 2 mois.

Ces rencontres/ateliers gratuits se déroulent le samedi matin, de 10h à 12h, sur inscription.

Parmi les thèmes déjà abordés :

  • Marlène vous fait découvrir la Technique dela peinture acrylique
  • Jean-Yves vous initie aux Arts de la table
  • Marie-Paule vous présente Les bienfaits du miel
  • Marie-Thérèse vous montre ses Recettes de cuisine et attend les vôtres avec impatience !

Pour que ces échanges de connaissances profitent au plus grand nombre, la médiathèque a donc mis en place un temps dédié, certains samedis de 10h à 12h sur des thématiques spécifiques.

Bientôt un réseau autonome ? Comment tout cela a-t-il commencé ?

Depuis l’ouverture de Grain de Sel, des habitants, lecteurs et visiteurs de la médiathèque proposent de transmettre leur passion, leur savoir. A la fin de l’été 2016, une bonne vingtaine de personnes était recensée. En parallèle, M. Chaveron, nouvellement Sinagot, est venu présenter à Grain de Sel les Réseaux d’Echanges de Savoirs Réciproques (RESR), qu’il avait découvert à Evry. Au printemps, il a commencé à proposer des cours d’initiation à l’utilisation des smartphones.
A la rentrée de septembre 2016, l’équipe de la médiathèque a donc décidé de mettre en valeur tous ces talents et de leur consacrer une place dans la programmation des lieux, alliant les bonnes volontés des personnes à l’esprit des RESR. A long terme, l’idéal serait de créer une communauté virtuelle d’habitants qui pourraient interagir facilement et en autonomie, proposant spontanément des offres et répondant à d’autres, dans de nombreux domaines (savoirs, savoir-faire, covoiturage, outils-objets-matériel, services…).